Parlons plus particulièrement de la cochlée, l'organe de l'audition.

 

 

330px-oreillehumaine-3.png

  

 

 

    L’oreille détecte les sons dans l’organe de Corti situé au centre de la cochlée pleine de liquide. Il se compose de plus de 15000 cellules ciliées qui se dressent sur 3 rangs, chacune ayant jusqu’à 100 cils à son extrémité. Lorsqu’il arrive à l’oreille moyenne, le son fait bouger le liquide, ce qui fait courber les cils, déclenchant ainsi les impulsions nerveuses que les cellules envoient le long du nerf cochléaire jusqu’à la zone du cerveau qui reçoit et identifie les sons.

   Premièrement, étudions la composition de la cochlée. En voici une coupe transversale :

 

cochlee-1.jpg

 

 

 


 

 

cochlee-2.png

   Les cellules situées dans la partie basse de la cochlée analysent les sons aigus, et celles situées dans la partie haute (apex), vont analyser les sons graves. Plus une longueur d'onde est importante (sons graves), plus son accessibilité à l'apex de la cochlée est évidente. En revanche, si une longueur d'onde est courte (sons aigus), elle parcourt un chemin plus court dans la cochlée, elle sera donc analysée par la partie basse de la cochlée. (voir schéma).


   Deux liquides sont présents dans la cochlée : l'endolymphe, présent dans le canal cochléaire et la périlymphe, contenue dans les rampes vestibulaires et tympaniques. Ces trois tubes enroulés sont accolés les uns aux autres. Le canal cochléaire est séparé de la rampe vestibulaire par la membrane de Reissner.


   Pour être plus précis, voici une coupe transversale d’une spire de la cochlée :

 

coclelelele-2.jpg

   Les vibrations, une fois arrivées à la fenêtre ovale, qui se trouve à l’entrée de la cochlée, provoquent un mouvement de va-et-vient de la périlymphe (chaque fois que la fenêtre ovale se déprime, la fenêtre ronde se bombe, et inversement) qui déforme le canal cochléaire et fait vibrer les fibres élastiques de la membrane basilaire. Ce phénomène excite l'organe de Corti à son contact, qui y repose dessus. Cet organe contient les cellules sensorielles de l'audition et permet la transduction des vibrations sonores en influx nerveux :

   Les cellules ciliées externes sont au nombre de 12000 au moins, elles ont un rôle de détection, et d’amplification des sons. Tandis que les cellules ciliées internes, entre 3000 et 5000 réceptionnent et sélectionnent les sons afin de les transformer les vibrations mécaniques en signaux électriques.

   Les cils des cellules ciliées sont baignés par l’endolymphe alors que la partie basse baigne dans de la périlymphe, liquide riche en sodium et pauvre en potassium.

   Les cellules ciliées externes comprennent trois rangées de stéréocils, organisées dans l'ordre de taille croissante. Au repos, la tension de la cellule est équilibrée (à -70mV) grâce aux ions potassium à l'intérieur, ainsi que les sodiums contenus à l'extérieur. Lorsqu'ils sont excités (à -90 mV), ces stéréocils s'inclinent dans chaque rangée, ce qui permet l'ouverture des canaux ioniques et donc l'entrée d'autres ions potassium (K+). Il y a une interaction entre le potassium et le sodium. La dépolarisation du K+ provoque l'entrée d'ions calcium (Ca²+) dans la cellule. Ainsi, ces ions Ca²+ vont permettre la sortie du neurotransmetteur : le glutamate. Le glutamate permet la transmission de l'information nerveuse, en fonction des stéréocils atteints par le son, aux neurones.

 

td-3.gif

 

 

schema-2.jpg

   Par contre, certaines personnes en cours de régime alimentaire ou encore sous antidépresseurs peuvent subir des troubles au niveau de la quantité nécessaire de calcium ou de potassium, ce qui influe sur le fonctionnement des cellules ciliées et la formation du glutamate, et cela peut engendrer une déficience auditive.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×